mardi 8 mars 2011

L'anglais intensif en sixième

Un peu avant la récente tempête, le gouvernement de Sir John James Charest a prévu une loi qui préconise l'enseignement de l'anglais intensif pour la moitié de la sixième année scolaire de nos enfants.

Bon, au départ, je ne suis pas contre l'apprentissage de l'anglais pour les enfants québécois. Connaître les bases de cette langue est un plus et donne accès à plus d'informations et de culture. Je pense sincèrement que la connaissance de l'anglais peut vraiment aider quelqu'un dans la vie.

Mais avant de dépenser ces millions de $ et engager des centaines de profs pour fournir les écoles de la province, ne croyez vous pas qu'il eut été plus "intelligent" de s'assurer que les enfants en question puissent maîtriser ... la langue française ? Simplement leur enseigner correctement et efficacement comment écrire le français, comment utiliser les mots pour construire des phrases qui se tiennent et comment améliorer leur vocabulaire.

Quand on est rendu à assouplir la correction des tests de français pour l'admission à l'université ...

Vous savez que ... j'ai raison, hein ?

4 commentaires:

Zoreilles a dit…

Oui, t'as raison!

Le français, ça devrait aller de soi chez nous. La Loi 101 y avait vu dans le temps et elle continue de s'appliquer. C'est là que s'arrête l'action politique et que commence autre chose qu'on n'a pas assez, à mon avis. Et ça n'a rien à voir avec la ou le politique.

Aucune loi ou incitatif ne pourra être à la hauteur pour changer notre mentalité. Écoute la langue qui se parle dans les rues de Montréal. C'est pas tout le temps des immigrants qui s'adressent à nous en anglais d'abord. Notre langue, notre culture, ça devrait être notre fierté. Mieux parler le français, mieux l'écrire, mieux l'aimer, le connaître, le promouvoir et le défendre, c'est pas la responsabilité du « politique » mais de chaque citoyen du Québec.

Après ça, qu'on enseigne l'anglais intensif en sixième ou l'espagnol au secondaire, moi, j'ai rien contre, c'est génial de s'ouvrir à d'autres langues et d'autres cultures quand on est solide dans la nôtre. Mais c'est pas le cas. Et je trouve ça plate que ce soit le Premier Ministre qui l'annonce comme si c'était un grand pas en avant... Là, ça devient politique!

Barbe blanche a dit…

bravo

Le factotum a dit…

Oh que oui, que tu as raison ...

Je ne peux concevoir tous ces fautes flagrantes faites par nos élus pour adoucir la maitrise de la langue française ...

Nous devons tous et chacun démontrer notre fierté de parler notre langue le français.

Accent Grave a dit…

Faudrait d'abord reconnaître que le français est notre langue, dans les faits.

On a tellement de facilité à la malmener, à la troquer pour l'anglais, à la sous-utilier.

Accent Grave