samedi 30 juillet 2011

Facebook : placotage planétaire

Je ne suis pas un accro Facebook. J’y vais tous les jours mais je ne dérape pas. Pour vous donner une petite idée, j’en suis à … 99 amis. Même pas la centaine malgré une bonne grosse année depuis mon inscription. Mais depuis les derniers mois, j’y clique plus souvent. Pas pour ajouter des commentaires sur mon mur, pas pour y transférer les articles qui m’ont fait tripper (hey, laisse-moi lire ou visionner ce qui me tente et sacre-moi la paix avec les articles des journaux quotidiens que tu nous refiles en cliquant sur le petit F), oubedon les vidéos youtube de sexe ou de tounes musicales qui pullulent sur le web. Si c’est exceptionnel et que ça te renverse, alors OK, vas-y et proposes-nous le. Quand c’est exceptionnel dois-je répéter …

Ce qui me fait tripper sur FB, je l’ai découvert récemment. Mettons trois mois. Juste dans le bas de la page, ya une section clavardage. Dans ta gang « d’amis », ceux qui sont en ligne, tu le sais avec ce petit point vert à côté de leur nom. Tu cliques et tu peux leur garrocher une phrase. Juste comme ça. Sans raison majeure. Genre leur dire bonjour. Recevoir leur réponse et baliverner quelques répliques. Comme un clin d’œil adressé à une personne que t’aimes bien mais que tu ne rencontres pas assez souvent à ton goût. Faut pas s’éterniser sur ces échanges (sauf exception). Juste faire savoir que t’as remarqué la présence sur le web et trouver les mots et les courtes phrases pour confirmer ton amitié et les récentes nouvelles.

Hier soir, le hasard dans la partie, j’ai placoté brièvement, en même temps, avec Rosie à Toronto et Michel (lechim) en France. Petite planète, me suis-je dit. En temps réel, taquiner l’une et prendre le pouls de l’autre … Une dizaine de minutes max. Et cette pensée d’être sur le globe terrestre sur des points si éloignés et si proches en même temps. Peut-être un jour leur parlerai-je de vive voix, en personne. Je me le souhaite. Mais en attendant, ces courts échanges en direct me font grand plaisir. Et se veulent tellement plus gratifiants que le transfert sur mon mur FB (ou le leur) du dernier article relatif au kriss de fou en Norvège, ou le vidéo de la pitoune italienne en plein strip-tease, ou le chien fou qui croque un piranha, ou la toune chantée par McArtney hier soir au Centre Bell.

À chacun son Facebook quoi !

6 commentaires:

TaLou a dit…

Et quand tu seras un petit peu plus curieux, voici ce que je te propose.... quand tu clavardes avec quelqu'un, tu peux si c'est approprié, cliquer sur le petit icône dans la barre bleu de la personne avec qui tu jases et ça te permet d'ajouter un ou deux ou peu importe le nombre, d'amis èa la discussion. Ce qui veut dire, tu aurais pu clavarder en direct avec Lechim et Rosie!!! Je n'irais pas à un trop grand nombre, question de suivre la conversation, mais 3 ou 4? pourquoi pas, ça doit être très plaisant!

À découvrir!

crocomickey a dit…

C'eut été génial l'autre soir. D'autant plus que mon français et ma torontoise se connaissent depuis bien avant le web. D'ailleurs, ils se sont re-croisés par hasard via mon blogue. C'est tout dire. Mais cette faculté de regrouper les gens pour le clavardage, je me promets bien de l'utiliser un de des quatre ...

Accent Grave a dit…

Je ne connais pas FB, ni TW. Je ne sais pas pourquoi mais ce que j'y ai vu via le FB d'autres gens ne m'attire pas.

Cependant, l'utilisation que vous faites de FB semble intéressante. Ça me ferait tout drôle d'avoir des "amis", moi qui n'ai que des ennemis.

Existe-t-il un FB avec des ennemis? Vous me direz que ça s'appelle la Vie... bien vrai.

Accent Grave

Accent Grave a dit…

Désolé pour mon deuxième message, c'est mon Parkinson!

AG

Lehcim a dit…

Un jour, le clavardage mutera en bavardage, et ça sera un très beau jour pour moi mon cher docteur !!!

Blogger a dit…

I have just installed iStripper, so I can have the sexiest virtual strippers on my taskbar.